Affichage tous 12 réstultats

  • Avec beaucoup de glaçons

    Lauréat du prix Plumes Dorées en 2013 avec son premier roman temps additionnel, ce jeune auteur laisse libre cours aux envolées de sa plume volontiers éclectique. Vous laisserez-vous toucher par l’iocece du petit Skéléwu, emporter par la fougue du jeune Zéwé ou encore choquer par les punchlines de la belle Dolziao? De Cotonou à Paris, entre hilarité et violence, humaité et passion, cette plume fantaisiste et incisive retient votre souffle en otage, avec un sens de l’intrigue et une maîtrise de l’humour noir déconcertants.

    4.000CFA
  • Carmen Fifonsi Aboki (CFA)

    Le ver est dans le fruit! Avait sermonné le président à la radio nationale. Et toutes ses ouailles avaient répercuté la formule, un peu comme un écho, dans le moindre recoin du pays. Certains avaient beaucoup travaillé leur tonalité de voix, les accélérations dans leur rythme de parole ainsi que les tremblements pour répéter pareille la formule du même timbre éraillé du leader révolutionnaire. Les expéditifs la jetaient, telle une pierre, à la figure de la masse , les démonstratifs la développaient comme une véritable formule philosophique, les pédagogues-démagogues l’accompagnaient d’une savante analyse fonctionnelle de chaque composante de la phrase, agrémentée d’un zeste de flatteries sur l’intelligence hors-norme du propriétaire de l’aphorisme, un peu-lettré légèrement étourdi en donna simplement l’inverse-le fruit est dans le ver.

    5.000CFA
  • Cœur de Rasta

    Et comme  si on se connaissait depuis le premier cache-sexe de la terre, un large sourire fendilla ta bouche. Tu me tendis la main, m’attiras à toi. Nous voilà poitrine contre poitrine, ta main gauche me tapotant le dos amicalement. J’en fus quelque peu confus, mais tu me rassuras très vite, me murmurant que c’était votre façon à vous de saluer, car selon Jab, tous les hommes sont frères et doivent se comporter comme s’ils avaient un cœur unique, un foie unique, un intestin unique, un … Tu profitas pour me parler de Lucie, cette mère assez féconde pour te donner sept milliards de voisins et qui passait ses heures à égrener ses misères dans les cavernes d’Ethiopie.

    4.000CFA
  • Echos de femmes

    La porte d’entrée était entrouverte et pressée d’échapper à la pluie, j’ai posé le vélo contre un mur, puis ai couru pour me réfugier dans mon salon. Et sur quoi suis-je tomée à votre avis ? Mon mari en plein ébats sexuels avec ma bonne, âgée d’à peine quinze ans, dans mon canapé ! Dagobert étant docker, a des heures flexibles ; et normalement, il devrait se trouver au Port autonome de Cotonou, à faire des déchargements. Les deux amants étaient tellement transportés ailleurs qu’ils n’avaient pas remarqué ma présence. Choquée, je sortis chercher un seau d’eau que je versai sur les traîtres enlacés. Ils se détachèrent précipitamment, ébaubis, outrés, évidemment en tenue d’Eve pour l’une et d’Adam pour l’autre. Loin d’avoir honte de leur trahison et de faire profil bas, ils se sont jetés sur moi avec une hargne mortelle.

    4.000CFA
  • GBEGNONMON

    … ce roman divisé en douze chapitres, tels les douze mois d’une année du calendrier grégorien, tels les douze ans, signes et animaux symboliques du traditionnel calendrier solaire-lunaire chinois, tels les douze signes zodiacaux de l’astrologie et de l’astronomie occidentales, tels les douze apôtres de Jésus-Christ de Nazareth, telles les douze tables de la première Loi romaine écrite, telle la douzaine comme une unité de mesure des bonnes dames des rues et ruelles bitumées, pavées ou asphaltées de Cotonou, la métropole béninoise…

    … Mais avant, lisons ensemble ce Tome qui doit être le Numéro Un d’une série.

    N’est-ce pas, Judbern Sytah ?

    5.000CFA
  • L’ ivrogne de la sorbonne

    « …En attendant
    la promesse de l’aube
    à la Colince de Yann, vous lirez les textes qu’il a
    rassemblés ici pour nous. Il a un beau style joliment drapé dans un bel humour.
    J’ai lu chacun des textes avec tendresse pour les personnages, avec
    reconnaissance envers l’auteur. Colince Yann a du talent. Je vous le recommande »

                                                                                                                   
    Roger Gbégnonvi

                                                                                                                 Extrait de la préface

    5.000CFA
  • La danse des spectres

    Les spectres , ils sont ou ils ne sont pas, ils cherchent, ils se cherchent tels des fantômes voguant sur une belle nuit clairsement des seuls battements de leurs compagnon rongeur génétiquement aillée .Leurs vie est une anomalie , une suite d’angoisse existentielles avec une lueur logée dans une sphère qui ose les éclairés.

    4.000CFA
  • La danseuse Sapkata

    Un homme s’élança dans le cercle, hurla, déchira ses habits, les lança en l’air et se mit à rouler comme un canari. Trois adeptes du dieu surgirent et se jetèrent à sa poursuite. Ils eurent assez de mal à le maîtriser. Il les traîna d’un bout à l’autre de la grande place. Incessants va-et-vient. Moqueurs va-et-vient. Ils l’étreignirent. Il semblait avoir plus de force qu’eux. Ils parvinrent à le contenir. Redevenu calme, le possédé redressa la tête. Le colonel ! Il venait d’être choisit par la danseuse. Le fétiche avait fait de lui son pur-sang. Pouvait-il refuser ? D’ailleurs, n’était-ce pas là une bonne façon de se repentir ? Se mettre au service de la justice après des décennies d’injustices, des siècles de viols, des millénaires de meurtres…Les adeptes l’entraînèrent vers le couvent. Le colonel y séjourna six mois. Il apprendra la vie. Il apprendra le respect de la dignité des autres. Il apprendra les lois de la nature. Il apprendra les valeurs. Et un soir, sous le gros iroko de la place Sato, on le verra se contorsionner, paré de couleurs et de vie, sous les youyous qui fuseront de toutes parts…

    4.000CFA
  • Le mortier rouge

    Une femme à qui son ami propose, pour
    devenir immensément riche comme elle, de piler son bébé afin d’en faire un
    savon magique ; une jeune fille folle amoureuse de l’amant de sa mère et
    qui en tombe même enceinte ; un chef d’Etat véreux dont le seul souci est
    de s’étermiser au pouvoir au détriment du peuple ; toute une famille mise
    en branle par l’annonce du décès d’un des siens, mais qui découvre que c’était
    en réalité une fausse alerte ; un féticheur qui identifie l’auteur d’un
    vol ; un autre qui, invité pour découvrir la cause d’un décès, révèle
    plutôt la maladie d’un tiers, etc… Tel est le cocktail littéraire que
    constitue ce recueil. Tant d’histoire savamment écrites qui nous plongent dans
    des réalités sociales, culturelles et politiques surprenantes.

    2.500CFA
  • Les Amours incurables

    Elle s’arrêta donc devant la porte des toilettes .Y accrocha son oreille gauche. Soufflement haletant. Des murmures féminin ou masculin? Rien n’était sur. Il fallait attendre. De cœur ferme .là .Devant la porte d’entrée. L’attention accrochée à la poignée. Encore dix minute. Peut être quinze. Les râlements reprirent de plus belles. Dessinant une courbe acoustiques insaisissable. Derrière la porte deux chairs s’offrait a une distraction inhabituel.

    3.000CFA
  • Les souliers du lac Nokoué

    Quand on était petits, Comlan allait passer les congés chez ses parents à Aglimey, une ferme située à dix-sept kilomètres de Zougbomey. Et avant de partir, il m’informait qu’il se rendait à Harlem. Il y demeurait jusqu’à la veille de la rentrée, et revenait le sac bourré de provisions.

    A Harlem, on cultivait le manioc, l’igname, la patate douce, le maïs et le haricot et rouge.

    4.000CFA
  • Ordalies

    Les mémés
    sexagénaires, les baronnes ménopausées (BM), servent également la joie !
    Valère  Vignigbè « Mal dans l’âme »

    Sa fraiche peau
    de vingt-trois ans était pulpeuse comme un fruit mûr d’acajou: Ismael Ichola,
    « la petite calebasse d’espoir »

    C’est vrai que
    je suis différent mais bon ! je ne suis qu’un monsieur accoutré d’un
    jarabu balafré de noir: Djamile Mama
    Gao, « messe d’action de fuite »

    La peur le
    tenaillait et la sueur coula le long de ses tempes. De quoi avait-il
    peur ? Yves Modiano
    Biaou, « Grand frisson »

     Tiens cette noix
    de cola. Tu en croqueras un peu et tu deviendras bel homme: Daniel Atrévi,
    « le mendiant »

     Soumaila, le
    frère de Moktar, est resté prisonnier des islamistes pour avoir explosé le
    front à l’un de leurs responsables au cours de la lapidation.
    Hurcyle
    Gnonhoué, « étouffé dans le sahel »

    Tu redoubleras
    d’ardeur. Tu dansas, petit ver d’eau solitaire. Tu dansas pendant près d’un
    quart d’heure, puis soudain tu t’arrêtas.
    Rodrigue Atchaoué, « Cœur de rasta ».

    4.000CFA