Affichage 1–20 sur 75 résultats

  • Achou l’amour empoisonné

    Achou, jeune étudiante à l’école des sciences économiques et bancaires de l’université de Cotonou 2, fait la connaissance d’Alain, un jeune diplômé en droit international. Elle tombe amoureuse après avoir été séduite par sa gentillesse, son flair et surtout son charme. Au bout de quelques rencards, elle lui avoue ses sentiments. Ayant trouvé grâce aux yeux de cette mousmé, Alain se laissera emporter par un amour réel, profond et réciproque. Les jeunes amoureux commenceront ainsi, de la façon la plus douce, leur relation qui ne restera pas douce, mais plutôt doucereuse. Le jeune homme sera à mille lieues de s’imaginer qu’il s’est énamouré d’une fille hantée. Il sera confronté à un dilemme : renoncer à cet amour en l’abandonnant ou l’aider…

    5.000CFA
  • Affection Partagée

    Un recueil de nouvelles qui présente de manière imaginaire des circonstances à l’issue desquelles des personnes ont contracté le VIH-SIDA. Les personnages mis en situation dans ce texte, dès qu’ils ressentent les effets de l’infection, se retrouvent à revisiter les moments de faiblesse ou ils ont contracté le virus. Puisse la lecture de cette modeste œuvre nous inciter, sinon nous inviter à chaque moment de tentation à plus de vigilance.

    3.500CFA
  • Aimer de nouveau

    Comment vivre un mariage lorsqu’on est géographiquement séparés ? Comment sauver son couple lorsque l’on retourne au pays pour s’inventer une nouvelle vie alors que l’autre préfère rester en terre étrangère, préoccupée par sa carrière professionnelle ? Que faire de chaque côté pour ne pas tomber dans les tentatives d’une aventure extraconjugale alors que l’absence de l’autre pèse sur soi autant qu’un boulet ?

    Empêtrés dans cette balançoire de la vie à deux, entre la Côte d’Ivoire et le Bénin, Gohé et Antoina ne font rien pour éviter la rupture. Mais au moment où l’inévitable doit se produire, les deux parviennent à trouver la force nécessaire pour se réconcilier. Ce combat aussitôt terminé, se profite un autre, plus éprouvant incapacité pour eux de faire ensemble un enfant…

    Aimer de Nouveau est un roman à tiroirs. Histoire d’amour, combat contre la solitude et l’intolérance d’une société arquée sur ses traditions, il apparaît surtout comme une initiation à assurer son destin, quelle qu’en soit l’issue.

    1.500CFA
  • Ajustez votre citoyenneté

    Pour être définitivement soi-même, il suffit de sortir de son statut originel de simple habitant d’une communauté, d’un pays, pour se forger l’étoffe d’un citoyen. Le citoyen, c’est l’habitant qui exerce avec éloquence les droits et devoirs qui révèlent de la communauté, de l’Etat dans lequel il se trouve tout en lui préparant dans le même temps un lendemain meilleur. En définitive on ne nait donc pas citoyen, on le devient. Et on ne peut pas ne pas être citoyen.

    Cet ouvrage est un plaidoyer pour l’engagement civique des peuples en Afrique. Il est le troisième livre de l’auteur après Non, je refuse (2016) et Le Rêve Béninois (2018).

    5.000CFA
  • AKOSSIWA mon amour

    Il était une fois, en Afrique de l’Ouest, un jeune homme qui, au seuil de sa vie d’adulte, se mit à méditer sur son destin d’homme dans une Afrique qui tarde à se prendre en charge. L’amour frappe à sa porte. Il se laisse attendrir. Akossiwa mon amour est aussi une douce évocation de la poésie naturelle de nos campagnes, faite d’une succession de tableaux réalistes de la vie rustique africaine.
    2.200CFA
  • Amoureuse d’un GIGOLO

    Lola ne comprit pas tout de suite, ce n’est qu’en poussant la porte de la chambre à coucher, qu’elle se figea à son tour de surprise, devant l’horrible tableau de l’adultère dans le lit conjugal. Alex et la bonne vautrés dans ses draps, dans sa propre chambre…

    Amoureuse d’un gigolo, suivi de la Fiancée du revenant, la gifle du destin… est un recueil de nouvelles qui aborde sans complaisance l’ironie des rapports humains, le rapport de l’homme à l’argent ou comment l’homme se mue en prédateur pour son semblable face à l’appât du gain. Malgré ce sombre tableau, l’amour et le rêve semblent permis….

    3.600CFA
  • Amoureuse de mon prof

    Amoureuse de mon prof est un recueil de sept nouvelles ou l’auteur, observateur, dénonce certaines mœurs déviationnistes qui ont court dans la société. Il veut ainsi participer à l’éveil des consciences.

    3.500CFA
  • Babingo : au nom des acculturés

    Pointe-Noire, 1950, Makouta était un
    indigène évolué fier de communiquer dans sa concession exclusivement dans la
    langue française, avec Madeleine Mamatouka, son épouse, Alex, son unique
    garçon, et les autres enfants de la famille Makouta ne voulait, à aucun prix,
    que les membres de sa famille révèlent un accent bantou, en s’exprimant dans la
    langue de la Métropole. Et quiconque s’aventurait à parler le kituba avec les
    domestiques de la maison familiale était passible d’une sévère réprimande.

    L’intransigeance paternelle était bien
    entendu en contraste avec l’ambiance dans le quartier et au long de la route
    menant à l’école. Et c’est tout naturellement que Tessa, voisine dans le
    quartier, parvint à convaincre l’adolescent Alex Babingo de l’absurdité de la
    consigne de Makouta.

    Alex Babingo était alors bien loin de
    s’imaginer que braver l’interdit paternel n’était que le début d’un itinéraire
    qui devait, de l’autre bout du monde, le ramener aux racines même de sa culture
    et de ses traditions.

    Babingo, au nom des acculturés est un
    vibrant plaidoyer pour l’instauration des langues nationales dans le système
    scolaire des pays africains de l’espace francophone.

    Moussibabou Mazou est docteur en économie
    du développement, ancien vice-directeur général du Bureau international de
    l’Union postale universelle.

    Président du Forum pour la recherche et le
    développement des services postaux en Afrique (FRDPA).

    5.000CFA
  • Caprices d’ados

    Nalaya et Alex ont 16ans. Ils ont des parents aimants et attentionnés et n’ont jamais manqué de rien. Pourtant ils ne cessent de se plaindre de leur vie. Lorsque leurs parents leur proposent de travailler pour occuper leur vacance, ces adolescents crient au scandale. Inaya, leur mère, pour les ramener à la raison, décide de leur faire découvrir une histoire qu’elle avait, jusque-là, gardée pour elle.

    Réaliseront-ils que la vie n’est pas aussi simple qu’elle peut paraitre, qu’elle peut basculer, du jour au lendemain… ?

    2.600CFA
  • Contes des peuples du Bénin

    le professeur Mensah Tokponto a bourlingué à travers tout le Bénin, pour engranger une moisson bien abondante, fruit d’une dizaine d’aires linguistiques prospectées. On peut citer entre autres les sources orales fon, idaatcha, batonou, adja, mahi, goun, aïzo, yoruba, etc. Il y a lieu de s’imaginer le phénoménal travail de longue haleine d’interprète-traducteur abattu, avant de livrer au lectorat des textes aussi accessibles et bien digestes dans une langue française qui continue de nous servir de trait d’union. Les traités pédagogiques et didactiques éclairent les contes en mettant en relief leurs contenus, les personnages, les cadres campés et sollicitent les opinions et ou sentiments des lecteurs. Il ne serait pas superflu d’ajouter à ce souci de compréhension globale des contes, un autre souci ancré sur les ingrédients linguistiques convoqués pour tisser chaque conte. C’est la seconde portée des traitées pédagogiques et didactiques qui s’enracinent dans la syntaxe française et ses composants que sont la grammaire, le vocabulaire, l’orthographe, la conjugaison, etc. L’universitaire –conteur a pris son envol à partir des récréations didactiques que sont les contes, pour atterrir sur la didactique de la langue française.

    8.000CFA
  • Daath Kpa-Sê

    C’est sous le règne de Daath Kpa-sê qu’au XVe siècle, les explorateurs portugais ont découvert le Golfe de Guinée et les côtes de Gléxwé; future Ouidah. Conduits au Roi dans son palais à Agagbodji par son sujet Kpatè, l’idéale collaboration qu’envisageait son souverain qui exaltait l’humanité a été très tôt..

    5.000CFA
  • Destin d’une danseuse

    Deux destins que tout oppose se croisent : un bébé abandonné par Monique, une femme démunie et un couple riche en quête d’un enfant. Adopté, le bébé grandit dans ce foyer où par miracle un autre enfant naît. Déji. Amoureux, il ne vit que dans la certitude de l’épouser. Mais Jojo, c’est la fille de Monique, elle ne sait pas que son fiancé est le frère de lait de son propre demi-frère, Plus grave : les parents de Déji s’opposent à elle, arguant qu’une danseuse n’est qu’une femme de mœurs légères. Dans cette intrigue où l’on avance à tâtons les personnages deviennent des marionnettes aux mains du destin qui les instrumentalise et se joue d’eux.

    Heureusement que l’amour est là. Puissant antidote contre les trajectoires imposées, il donne parfois à la vie des saveurs insoupçonnées.

    1.500CFA
  • Destins de clandestins

    « – Je dois te dire, Viepp, que je ne suis pas content de toi. Tu m’as induit en erreur, car tu m’as fait croire que l’Europe est un paradis. Tu m’as fait penser que le bonheur se trouve ailleurs que dans notre pays. Aujourd’hui, nous nous rendons compte que ce n’était pas exact.

    -Oui j’avoue t’avoir présenté l’Europe comme un lieu paradisiaque, parce que moi aussi je le croyais. J’étais dans l’erreur et je t’ai transmis ce que je croyais juste. Mais étais-tu obligé de croire ce que je disais ? N’était-ce pas aussi ton rôle de m’aider à échapper à l’erreur ?

    2.600CFA
  • Gbegnonmon

    …ce roman divisé en douze chapitres, tels les douze mois d’une année du calendrier grégorien, tels les douze ans, signes et animaux symboliques du traditionnel calendrier solaire-lunaire chinois, tels les douze signes zodiacaux de l’astrologie et de l’astronomie occidentales, tels les douze apôtres de Jésus-Christ de Nazareth, telles les douze tables de la première Loi romaine écrite…

    5.000CFA
  • Grand Popo Nonvitcha a 100 ans

    La première publication de l’auteur avait pour titre Les Clés d’une émergence positive de l’homme noir. Avec beaucoup d’amertume, il y abordait les problèmes identitaires ainsi que les conditions de vie et de développement peu inviables de race noire, malgré tous les atouts et possibilités dont elle dispose.

    Aujourd’hui il nous propose, dans un tout autre registre, de revisiter avec lui quelques clichés de la vie à Grand Popo, sa terre natale dont il est resté amoureux. La vie, jadis, y était facile : rien n’était calculé d’avance pour lui, tout se faisait d’instinct et il se contentait seulement d’être un enfant…

    La présente parution, qu’il qualifie lui-même de « littérature naïve », redonne pourtant vie et vue panoramique à ce passé idyllique de Grand Popo où nous nous retrouvons brusquement, hors du temps, au théâtre des rêves, et chaque petite histoire racontée nous fait découvrir les vrais visages de ces ombres et spectacles de passé.

    Mais la nature et ses éléments ont peu à peu mis prématurément fin à la douce symphonie de son « Hawaï » du Mono.

    L’auteur prophétise néanmoins la renaissance de celle-ci en proposant quelques pistes pour y parvenir, pistes où l’association NONVITCHA doit jouer un rôle primordial.

    Mais l’histoire ne peut s’écrire d’avance.

    6.000CFA
  • Hozana sur le chemin de ma vie

    Lorsque le regard de Sélim tomba sur la gracieuse Hozana, alors qu’elle passait devant lui en se déhanchant comme au cours d’un défilé de mode, il n’avait de cesse de lui parler des sentiments qu’il éprouvait pour elle. Il ne savait pas que cette relation les conduirait directement sur un théatre ou les divergences de leurs parentalités allaient les mener durant un long moment sur le champ de batailles socio-réligieuses…

    Mais l’amour se s’embarasse guère de ces considérations terrestres. L’amour peut tout, l’amour accepte tout… L’amour peut déplacer des montagnes. Mais qu’en sera-t-il de ce couple meurtri du fait des humains ?

    3.500CFA
  • Hum…

    Alidou Blondé, jeune instituteur de modeste condition sociale, s’est épris d’amour pour aurore, la fille du richissime Timothée Yobouè. Malgré la farouche opposition de sa génitrice qui lui préfère la docile Philomène de son rang social, Alidou se mettra obstinément en ménage avec l sublime et sulfureuse Aurore. Mais dans un monde rongé par des considérations insanes, un monde ou l’importance et la valeur d’un individu se jugent à l’aune de sa puissance financière, Alidou Blondé parviendrait-il, en raison de ses squelettiques revenus mensuels, à mener à bon port l’hétéroclite embarcation de sa relation amoureuse avec sa dulcinée ?

    « Hum !… » n’est-il pas ce soupir de désarroi et d’amertume que n’importe quelle mère au cœur lacéré de peines émet lorsqu’elle voit son fils bien-aimé s’engager dans une relation amoureuse sans lendemain ?

    « Hum !… » ne constitue-t-il pas la seule réponse quand se dresse devant nous, dans ses plus beaux atours, une injustice sociale ?

    4.000CFA
  • Idole

    Il est beau talentueux et plein d’avenir. Remarqué par une femme d’affaires installée au Nigéria, le Sultan devient, en un temps record, une vedette de la chanson adulée au Bénin et ailleurs. Mais bien vite, il se laisse séduire par sa productrice, néglige ses amis des premières galères et devient inaccessible. Le pauvre ne sait pas qu’il vient d’entrer dans un engrenage et que la gloire est aussi factice que les flonflons et les sunlights du showbiz. A ses dépens, il l’apprendra…

    Ce roman nous entraîne dans le monde de la musique, milieu qui paraît, de prime abord clinquant, mais où la guerre des trachées est aussi impitoyable qu’en politique.

    1.500CFA
  • Jouer c’est la vie

    Et toi ! A quoi aimes tu jouer ? Parfois je perds en jouant. Mais j’ai appris qu’il faut accepter de perdre. Cela fait partie de la vie. Ce qui est important c’est de toujours prendre l’engagement de faire mieux chaque fois. Ne jamais se décourager.

    2.000CFA